LE PROJET D’ÉCO-TECHNOPORT DE BOIS-ROUGE LABELLISÉ « TERRITOIRES D’INDUSTRIE »

LE PROJET D’ÉCO-TECHNOPORT DE BOIS-ROUGE LABELLISÉ « TERRITOIRES D’INDUSTRIE »

Jean-Paul Virapoullé, Président de la Cirest, a signé ce mercredi 23 octobre, en marge du salon NxSE « Choose La Réunion », la convention de labellisation du projet d’éco-technoport de Bois Rouge comme « Territoires d’Industrie », avec Bruno Lemaire, Ministre de l’Économie et des Finances, Didier Robert, Président de la Région Réunion, ainsi que plusieurs partenaires institutionnels et une dizaine d’entreprises privées (Albioma, Naval Energies …).

 

Cette convention marque le point de départ du projet d’éco-technoport de Bois-Rouge, projet industriel majeur de développement du territoire Est. Elle concerne la réalisation de la première phase, autrement dit l’aménagement des équipements terrestre « Pôle Energétique et Industriel » avec notamment la valorisation de l’eau océanique profonde captée à 1 000 mètres de profondeur et à 7 km de la côte. Cette eau de très grande qualité, ainsi récupérée pourra être valorisée de plusieurs façons : mise en bouteille, production électrique, climatisation (SWAC), refroidissement de bâtiments industriels, aquaculture ou encore la fabrication de produits cosmétiques.

Le Gouvernement a validé 144 dossiers au niveau national pour 1.3 milliards d’euros de financement. Avec le projet de reconquête industrielle du Port, celui de l’éco-technoport de Bois-Rouge sont les seuls projets d’outre-mer labellisé « Territoires d’industrie ».

Ce projet ambitieux et innovant marque ainsi le début d’une « belle histoire industrielle » pour le territoire Est, pour reprendre les propos de Bruno Lemaire, Ministre de l’Économie et des Finances.

Pour Jean-Paul Virapoullé « La signature de cette convention fait progresser La Réunion en première division sur le terrain de l’industrie. Nous venons de porter sur les fonds baptismaux, avec le ministre de l’Économie et des Finances, un projet industriel qui fera du bien à La Réunion. Pour qu’un pays crée des emplois, il doit créer des richesses ».

Le projet d’éco-technoport est un investissement de 240 millions d’euros et devrait permettre la création de plus de 200 emplois.